Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
.
Rechercher une oeuvre
Retour au catalogue complet Retour à la liste des publications
DURAND (MAXIMILIEN) ET BERTHOMMIER (CLAIRE), JACQUARD, POINT A LA LIGNE !, LYON, 2014
Introduction Indications bibliographiques Remerciements

​Joseph-Marie Jacquard (1752-1834) est sans aucun doute la figure la plus emblématique de l’industrie de la soie à Lyon. Son nom a résonné de son vivant dans les manufactures de tous les pays entrés dans l’ère industrielle comme un synonyme d’innovation, de progrès et de libération. Jacquard a cherché à soulager le travail des tireurs de lacs, ces ouvriers manœuvres qui, inlassablement, tiraient les cordes actionnant la levée des fils de chaîne à chaque passage de navette. En étudiant le fonctionnement des mécaniques élaborées par ses prédécesseurs et en combinant plusieurs innovations, il a conçu une mécanique simple et abordable, capable de se substituer entièrement aux tireurs de lacs. Le tisseur devenait désormais autonome dans l’actionnement de l’ensemble du métier.

La mécanique Jacquard assure le passage d’une production artisanale à une production industrialisée. Des améliorations interviennent dès le vivant de l’inventeur et permettent la diffusion de sa mécanique. Jean-Antoine Breton est connu pour être le premier à l’avoir perfectionnée. Son chariot à bascule assure une meilleure transmission de l’ordre donné par les cartons aux aiguilles soulevant les fils de chaîne limitant ainsi les rebuts de production par défaut de tissage.

De nouvelles spécialisations apparaissent parmi les ouvriers, la division du travail assurant un gain de temps et d’efficacité : entre l’étape de la mise en carte convertissant le motif en un dessin technique et le tissage vient s’intercaler une nouvelle opération qui facilite la préparation du métier. Cette étape de programmation de la levée des fils de chaîne prend la forme de la création de cartons perforés en amont de la production. La révolution mécanique introduite par Jacquard serait restée incomplète sans les inventions du neveu de Breton, Berly, qui, en 1818, met au point des machines permettant une industrialisation du processus de production des cartons. Chaque étape de la préparation des cartons est assurée par une machine dédiée. Ces différentes évolutions de la mécanique Jacquard visent à augmenter les cadences de production en même temps qu’à perfectionner l’exécution des motifs ; elles vont permettre la mécanisation progressive de la production textile.

C’est pourquoi Jacquard apparaît comme l’homme providentiel qui a métamorphosé l’organisation de la Fabrique lyonnaise. La légende insiste sur le fait qu’il a agi dans le plus grand désintéressement, et qu’il n’a tiré aucun bénéfice financier de ses inventions. Son portrait, livré par Jean-Claude Bonnefond (1796-1860) à la Ville de Lyon, est la seule représentation officielle, d’après nature, du grand homme. Il fixe ses traits véritables, tant physiques que moraux. La toile le représente âgé, enfoncé dans son fauteuil, la tête penchée, figure bienveillante trônant dans l’intimité d’un modeste atelier, à sa table de travail encombrée par le modèle réduit de sa mécanique. Il incarne les valeurs positives de la Fabrique lyonnaise tout entière, des ouvriers aux négociants en passant par les contremaîtres et les ingénieurs, leur simplicité et leur grandeur, leur labeur et leur génie.

Claire Berthommier

​Biographie et commémorations de Joseph-Marie Jacquard

Ballot (Charles), « L’évolution du métier lyonnais au XVIIIe siècle et la genèse de la mécanique Jacquard », Revue d’histoire de Lyon, 12, 1913, p. 1-52.

Baudrillart (Henri), Vie de Jacquard, Paris, 1866.

Cayez (Pierre), Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, 1978.

Cazenove (Raoul de), « Joseph-Marie Jacquard, 1752-1834 », Revue du Lyonnais, I, 1876, p. 158.

Collombet (François-Zénon), « De l’inauguration de la statue de Jacquard », Revue du Lyonnais, XII, 1840, p. 235-237.

Concours pour le prix décerné à la meilleure composition en vers français sur Joseph-Marie Jacquard... Rapport de la commission... lu dans la séance publique du 2 juin 1853, par M. Victor de Laprade , Lyon, s. d.

Discours prononcé par M.-C. Martin, maire de Lyon, à l’inauguration de la statue de Jacquard, le 16 août 1840Lyon, 1840.

Ernouf (Alfred-Auguste), Deux inventeurs célèbres : Philippe de Girard et Jacquard, Paris, 1867.

Étèveneaux (Jean), Charles-Marie Jacquard (1752-1834) et la naissance de l’industrie textile moderne, Lyon, 1994.

Faucher (Léon), « Jacquard », Revue du Lyonnais, I, 1835, p. 52-57.

Fortis (François-Marie, comte de), Éloge historique de Jacquard, suivi d’une notice sur la statue élevée à Lyon à sa mémoire, Paris, 1840.

Funérailles de Joseph-Marie Jacquard mort le 7 août 1834 à Oullins. Projet d’érection par souscription d’un monument à sa mémoire, Lyon, 1834.

Grandsart (Antoinette), Jacquard, sa vie, suivie d’une notice sur Lavoisier, Lille-Paris, 1869.

Grognier (Louis-Furcy), Notice sur C. M.(sic) Jacquard, lue en séance publique le 12 septembre 1836, Lyon, 1836.

Jacquard, sa biographie, historique de son inventionLyon, 1894.

Huchard (Jean), « Joseph-Marie Jacquard (1752-1834) », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, XXIV, 1995, p. 7-27.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : les cinquantes premières années d’un touche-à-tout, Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5195, 1997.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : douze années dans la vie d’un artiste-mécanicien à la vocation tardive, Joseph-Marie Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5196, 1997.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : les tribulations de la mécanique de Joseph-Marie Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5219, 1998.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : Jean-Antoine breton, le véritable inventeur de la mécanique dite à la Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5220, 1998.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : les tisseurs lyonnais face à la mécanique dite à la Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5250, 1998.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : l’implantation de la mécanique dite à la Jacquard dans les ateliers lyonnais », Bulletin municipal de Lyon, 5267, 1999.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : Jacquard pensionné de la Ville de Lyon », Bulletin municipal de Lyon, 5281, 1999.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : la famille de Joseph-Marie Charles, dit Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5309, 2000.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : la famille de Joseph-Marie Charles, dit Jacquard, 2e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5310, 2000.

Huchard (Jean), « Entre la légende et la réalité : la famille de Joseph-Marie Charles, dit Jacquard, 3e et dernière partie », Bulletin municipal de Lyon, 5346, 2000.

Huchard (Jean), « Les aléas de la statue de Jacquard à Lyon », Bulletin municipal de Lyon, 5368, 2001.

Huchard (Jean), « Les aléas de la statue de Jacquard à Lyon, 2e et dernière partie », Bulletin municipal de Lyon, 5388, 2001.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard », Bulletin municipal de Lyon, 5405, 2001.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 2e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5406, 2001.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 3e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5424, 2002.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 4e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5450, 2002.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 5e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5468, 2003.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 6e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5482, 2003.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard : Jacquard et Roubaix », Bulletin municipal de Lyon, 5505, 2003.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard : Jacquard et Calais », Bulletin municipal de Lyon, 5525, 2004.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 9e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5555, 2004.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 10e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5571, 2005.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 11e partie », Bulletin municipal de Lyon, 5662, 2006.

Huchard (Jean), « La glorification de Jacquard, 12e et dernière partie », Bulletin municipal de Lyon, 5695, 2007.

Jarrige (François), « Jacquard, héros de la Fabrique lyonnaise », Lyon innove : inventions  et brevets dans la soierie lyonnaise aux XVIIIe et XIXe siècles, Lyon, musée des Tissus, 2009, p. 103-108.

Jarrige (François), « Le martyre de Jacquard ou le mythe de l’inventeur héroïque (France, XIXe siècle) », Tracés. Revue de sciences humaines, 16, 2009, p. 99-117.

Lamartine (Alphonse de), Jacquard et Gutenberg, Paris, 1864.

La vie de JacquardParis, 1872.

« Notice sur Jacquard, par Léon Faucher », Almanach de la société industrielle de Nantes, Nantes, 1836, p. 51-61.

« Nouveaux détails biographiques sur Jacquard », Revue du Lyonnais, I, 1835, p. 166-167.

Poncetton (François), Jacquard, de Lyon, Genève, 1943.

Tisseur (Jean-Marie Marcel), Une visite au tombeau de Jacquard, Lyon, 1853.

Voivreuil (Laurent de), Jacquard ou l’ouvrier lyonnais, Tours, 1851.

Zukowski (Constantin), Jacquard, sa biographie. Historique de son invention, Lyon, 1894.

Portraits peints et tissés de Joseph-Marie Jacquard

Adrosko (Rita), « The Jacquard and Woven Silk Pictures », Ars textrina, vol. 1, Winnipeg, 1983, p. 9-75.

Algoud (Henri), « Portraits tissés en soie », La Soierie de Lyon, 2, 1921, p. 41-44.

Bruyère (Gérard), « Politique de la mémoire. La fondation Grognard ou la galerie des Lyonnais célèbres », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, 29, 1999, p. 213-262.

Durand (Maximilien), « Ut pictura (vel typographia vel photographia) textilis. Les portraits tissés, chefs-d’œuvre de la Fabrique lyonnaise », La Fabrique des grands hommes, Lyon, musée des Tissus, 2012, p. 11-113.

Hennezel (Henri d’), Le tisseur Carquillat, s. d., non publié (archives du musée des Tissus).

​Cette exposition présente des œuvres inédites des collections du musée des Tissus illustrant la légende de Joseph-Marie Jacquard et ceux qui l’ont faite vivre. La restauration de la mise en carte du portrait de Joseph-Marie Jacquard a été financée par la Société des amis des musées et confiée à Bérengère Chaix, restauratrice du patrimoine spécialisée en dessins, estampes et papiers peints. Le documentaire produit à cette occasion a été réalisé par Arik Benayoun de memory-photo et David Bangura. La restauration de l’esquisse pour l’approbation du « Portrait de Jacquard » par Jean-Claude Bonnefond a été menée par Colette Vicat-Blanc et Gérard Blanc, tous deux restaurateurs du patrimoine spécialisés en peinture de chevalet. De précieuses informations, concernant la gravure de Joseph-Victor Vibert et l’esquisse pour l’approbation du « Portrait de Joseph-Marie Jacquard » par Jean-Claude Bonnefond, ont été échangées avec Alan Marshall, directeur du musée de l’Imprimerie, et avec Stéphane Paccoud, conservateur chargé des peintures et des sculptures du XIXe siècle au musée des Beaux-Arts de Lyon. Que chacun reçoive ici nos plus vifs remerciements pour son professionnalisme et sa disponibilité. Cette exposition n’aurait pas été complète sans les prêts concédés généreusement par le musée des Beaux-Arts de Lyon et les musées Gadagne que nous tenons à remercier tout particulièrement.

Que le président de la CCI de Lyon, Emmanuel Imberton, le directeur général, Alain Fauveau et l’ensemble des élus trouvent ici l’expression de notre profonde reconnaissance pour leur confiance et leur soutien, acceptant que soit présenté dans l’exposition le portrait de Joseph-Marie Jacquard, généralement présenté dans la Salle de séances des assemblées générales de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon.

La scénographie de l’exposition a été imaginée et conçue par Maximilien Durand, directeur du musée des Tissus et du musée des Arts décoratifs. Que Marie-Claire Noyerie, responsable administration générale et gestion, Sébastien Rodriguez, régisseur technique et concepteur des éclairages, Lionel de Almeida, chargé de boutique, et Faïçal Salah, chargé d’accueil et de surveillance, soient ici particulièrement remerciés pour avoir permis sa mise en œuvre. Les bannières et les cartels ont été imprimés par les Ateliers Guedj, qui dans le cadre leur mécénat, ont fait bénéficier le musée des Tissus de leur savoir-faire. Qu’ils reçoivent ici l’expression de notre vive gratitude.

La restauration et la préparation des œuvres du musée des Tissus ont été réalisées par Véronique de Buhren, responsable de l’atelier de restauration, et Catherine Petit de Bantel-Sarramaigna, restauratrices du patrimoine spécialisées en Arts textiles.

La publication du catalogue numérique sur le site www.mtmad.fr a été opérée par Pascale Steimetz-Le Cacheux, responsable du Centre de documentation. Qu’elles trouvent ici l’expression de nos plus vifs remerciements.

Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à ceux qui ont accompagné le projet ou assureront l’accueil des visiteurs dans les meilleures conditions : Cécile Demoncept, responsable du Service culturel et pédagogique, et Daisy Bonnard, assistante, Céline de Buttet, professeur-relais, Isabel Bretones, responsable du Service de la régie des œuvres et de l’inventaire des musées, et Claire Morel, assistante, Audrey Mathieu, responsable de la photothèque, Vincent Cros, documentaliste, Sylvain Pretto et Pierre Verrier, photographes, Claire Clergue, assistante du directeur, Marie-Hélène Guelton, chargée des analyses techniques et Agnès Colas, chargée de la communication de l’événement et les agents d’accueil ou chargés de boutique, Christophe Danel, Solange Gardette, Bernard Paulin, Dominique Romand-Monnier et Pascaline Ros-Grandclément. Que soient aussi remerciés les intervenants qui animeront l’exposition : Naouel Aouar, Hélène Carleschi, Alejandra Cisneros-Laurent, Amicie Finaz, Leslie Fonlladosa, Jean-Marc Jacob, Bérangère Magnin, Yifang Monassi, Christine Porte, Natalyia Shram-Rousee, Anne Trémeau, Laurence Verdu-Nieto et Sonoko Watanabe.