Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
.
Rechercher une oeuvre

Le retour du Roi : espoirs et défis des fabricants

Description Chefs d'oeuvres Commentaires

La chute de l’Empire, en 1815, et l’avènement de la Restauration font espérer aux fabricants lyonnais de nouvelles commandes, conformes aux volontés des nouveaux monarques. C’est ce que semble promettre Louis XVIII. Mais les magasins du Garde-Meuble regorgent de soieries coûteuses, à l’état neuf, destinées à l’aménagement des palais de Napoléon que l’Empereur n’a pas eu le temps d’employer pour son service.

Pour remettre en état les résidences royales parfois vétustes, on utilise d’abord les étoffes disponibles. Certaines nécessitent d’y faire disparaître les emblèmes impériaux par des écussons brodés. Devant les inquiétudes d’une Fabrique en mal de commandes, Louis XVIII ordonne successivement l’exécution de deux meubles prestigieux, le premier pour sa Chambre à coucher au palais des Tuileries, le second pour la Salle du Trône du même château. Ces deux commandes, passées à la maison Grand frères, sont des réalisations exceptionnelles. Elles prouvent que la Fabrique est toujours en mesure de se surpasser.

C’est d’ailleurs sous la Restauration puis sous la Monarchie de Juillet que se tiennent, tous les cinq ans, les fameuses Expositions des produits de l’industrie française. Ces événements, qui préfigurent les Expositions universelles, juxtaposent ce que le pays a de plus grand en matière de technique, d’innovation et d’art appliqué à l’industrie. Les exposants les plus remarqués sont gratifiés de médailles qui encouragent l’émulation nationale. Évidemment, les soieries lyonnaises y sont toujours très admirées, comme l’ensemble présenté en 1834 par la maison Grand frères, exécuté pour la Chambre à coucher de la reine Marie-Amélie aux Tuileries.

Cependant, les deux révoltes des canuts qui ensanglantent Lyon en 1831 et 1834 montrent bien la fragilité d’une industrie exigeante, toujours en quête de commanditaires et éprouvante pour ses propres enfants. Dès la fin de la Monarchie de Juillet, quelques faillites retentissantes ébranlent la Fabrique, dont l’équilibre social est souvent incertain.

Aucun commentaire

Déposer un commentaire

Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement au Musée des Tissus et musée des Arts décoratifs de Lyon. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés").
Pour l'exercer, adressez-vous au Musée des Tissus et musée des Arts décoratifs, 34 rue de la Charité 69002 Lyon - France.

Visite interactive
6 Le retour du Roi : espoirs et défis des fabricants Situer sur le plan du MTMAD
Infos utiles Comment venir
Musée des Tissus et musée des Arts décoratifs, 34, rue de la Charité, 69002 Lyon - France Plan d'accès au MTMAD Horaires
Du mardi au dimanche
de 10 h à 18 h

Fermeture les lundis, jours fériés,
dimanches de Pâques
et de Pentecôte
Renseignements
- Téléphone : + 33 (0)4 78 38 42 00
- Télécopie : + 33 (0)4 72 40 25 12
- Mail : info@mtmad.fr
- www.mtmad.fr
- facebook
- pinterest